Les vendeurs de faux iPhone ont fait une centaine de victimes


10 juillet 2019 - 642 vues

Dans leur malheur, les plus chanceux s'en sont sortis avec une plaque de chocolat à déguster. Pas sûr qu'elle ait fait passer à ces gens le goût de l'arnaque dont ils venaient d'être victimes. Quatre hommes seront jugés en comparution immédiate le 19 juillet au tribunal de Créteil après avoir vendu des centaines de faux iPhone.

Une enquête des policiers du service de l'accueil et de l'investigation de proximité du commissariat de Créteil a révélé une escroquerie en bande organisée qui durait depuis trois ans. Et qui a fait au bas mot une centaine de victimes. Plusieurs personnes ont déjà été interpellées et jugées pour cette escroquerie. Mais au "coup par coup" seulement, jusqu'à ce dernier gros coup de filet.

Dans cette affaire, huit hommes ont été interpellés fin juin : ceux qui seront jugés le 19 juillet, jeunes majeurs, et quatre mineurs, déjà mis en examen pour escroquerie en bande organisée. Tous sont originaires de Créteil. Ce sont leurs propres téléphones et les adresses IP des ordinateurs qu'ils utilisaient pour échanger avec les clients qui ont permis de les confondre.

Dans les emballages plus vrais que nature qu'ils proposaient à la vente : des téléphones hors d'usage, mais aussi parfois des plaques de chocolat ou des pierres pour faire le poids. C'est dans le quartier du Port à Créteil que toutes les victimes sont allées chercher ces téléphones achetés sur le site le Bon Coin. Vendus en moyenne 500 €, avec de fausses factures. "Le vendeur présentait à l'acheteur un téléphone emballé comme neuf", relate une source policière.

Les téléphones conditionnés en Chine

Sauf que quand l'acheteur l'ouvrait, le téléphone ne fonctionnait pas. Le fournisseur de ce réseau structuré a été interpellé à Bondy (Seine-Saint-Denis). Chez lui, les policiers ont trouvé 500 boîtes contenant de faux iPhone mais aussi de faux accessoires de téléphones, 13 000 € en liquide. Il a été placé en détention provisoire dans l'attente du procès.

"Il était en lien avec la Chine d'où arrivaient les téléphones déjà conditionnés", indique cette source policière. Au tribunal, il devra répondre de détention de produits contrefaits et blanchiment d'escroquerie en bande organisée. Chaque vendeur qui parvenait à en écouler un prenait une commission de 100 €.

Ce réseau était "extrêmement lucratif", souligne cette même source, persuadée que les 8 hommes interpellés "font partie d'un réseau encore plus grand". Les faussaires se sont d'ailleurs diversifiés avec le temps, vendant des billets pour Disneyland ou le Parc Astérix. Des faux, là aussi, qui ont laissé des victimes devant les grilles d'entrée. Sans même un carré de chocolat pour se consoler.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article