Gap : 3 mois de prison pour avoir laissé mourir sa jument

20 mars 2017 - 1755 vues

Le verdict est tombé : des animaux, Lionel Pavier n’en détiendra plus. Le tribunal le lui a interdit en complément de sa condamnation de trois mois d’emprisonnement prononcée au palais de justice de Gap.

Le Gapençais n’était pas à la barre pour s’expliquer. Pourquoi a-t-il laissé dépérir sa jument ? Pourquoi ne lui a-t-il pas donné de la nourriture, de l’eau, les soins dont elle avait besoin ? Pas de réponse, seulement des constatations. La pauvre bête a été prise en charge par la SPA après un signalement des services de l’État.

Elle a dû être euthanasiée en décembre

Rachitique, atteinte de tumeurs, d’une pneumonie, elle ne parvenait plus à se relever. Malgré les anti-inflammatoires, il était trop tard. Elle a dû être euthanasiée en décembre. Dans ses dépositions, Lionel Pavier conteste. Lui, affirme qu’il lui a donné à boire et à manger tous les jours. Il a même appelé le vétérinaire, le 27 octobre, sous un faux nom. Mais il n’est jamais passé à la clinique récupérer les médicaments de l’équidé.

4 mois de souffrances

"Elle aurait pu vivre de nombreuses années avec des soins", souligne le vétérinaire. Pour le représentant de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection de la population : "Il [le prévenu] a profité de ce dispositif pour se débarrasser de la jument." Au prix de quatre mois de souffrances pour l’animal. Par ailleurs, le prévenu devra verser un euro de dommages et intérêts à la SPA et 1 100 euros à la Fondation 30 millions d’amis.

E.F.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article